Chronilectures·Mardi sur son 31·Rendez-vous littéraires

Mardi sur son 31 #6

Mardi sur son 31 #6

Bonjour mes ptits poulpes!

Je vous propose aujourd’hui mon rendez-vous hebdomadaire intitulé « Le mardi sur son 31 ». Proposé par Sophie sur son blog « Les bavardages de Sophie« , le principe de ce rendez-vous est très simple : chaque mardi, l’on publie un extrait de la page 31 de sa lecture en cours…

Mardi sur son 31 #6

La bibliothèque de Mount Char, de Scott Hawkins

Carolyn était une jeune Américaine comme les autres. Mais ça, c’était avant. Avant la mort de ses parents. Avant qu’un mystérieux personnage, Père, ne la prenne sous son aile avec d’autres orphelins.
Depuis, Carolyn n’a pas eu tant d’occasions de sortir. Elle et sa fratrie d’adoption ont été élevés suivant les coutumes anciennes de Père. Ils ont étudié les livres de sa Bibliothèque et appris quelques-uns des secrets de sa puissance. Parfois, ils se sont demandé si leur tuteur intransigeant ne pourrait pas être Dieu lui-même.
Mais Père a disparu – peut-être même est-il mort – et il n’y a maintenant plus personne pour protéger la Bibliothèque des féroces combattants qui cherchent à s’en emparer.
Carolyn se prépare pour la bataille qui s’annonce. Le destin de l’univers est en jeu, mais Carolyn a tout prévu. Carolyn a un plan. Le seul problème, c’est qu’en s’acharnant à créer un nouveau dieu elle a oublié de préserver ce qui fait d’elle un être humain.
Avec une galerie de personnages mémorables et une intrigue qui vous réserve plus d’une surprise, La Bibliothèque de Mount Char est à la fois terrifiant et hilarant, étrange et humain, visionnaire et captivant. Un roman qui marque l’entrée en scène d’une voix nouvelle dans le monde de la fantasy. 


Mardi sur son 31 #6

– Il n’est dans aucun avenir et il n’est pas mort. Comment est-ce possible?
Alicia et Rachel échangèrent un regard et haussèrent les épaules. « C’est en effet une énigme, dit Rachel. Je ne peux pas l’expliquer.
– Ce n’est pas vraiment une réponse.
– Peut-être que tu ne poses pas les bonnes questions.
– Ah bon? » David alla jusqu’à elle, un sourire dangereux aux lèvres, ses maxillaires tressautant. « Ah bon, vraiment? »
Rachel pâlit. « Je ne voulais pas dire… »
David la laissa s’humilier quelques instants, puis lui posa un doigt sur les lèvres. « Plus tard. » Elle s’effondra à terre, tremblant visiblement au clair de lune.
« Peter, il paraît que t’es doué pour ces conneries d’abstractions. Les chiffres et tout le reste. Qu’est-ce que tu en penses? »
Peter hésita. « Il y a des aspects de l’oeuvre de Père que je n’ai jamais été autorisé à voir…
– Père nous a caché des choses à tous. Réponds à ma question.
– Quand il a disparu, il travaillait sur quelque chose qu’on appelle la complétude régressive, dit Peter. Le concept selon lequel l’univers est structuré de telle façon que, quel que soit le nombre de mystères que l’on résout, on trouve toujours dans ma solution un mystère plus profond. Père semblait très…
– Oh! Bordel de merde. Sais-tu où est Père, oui ou non? »

La bibliothèque de Mount Char, de Scott Hawkins

Mardi sur son 31

Mardi sur son 31 #5

Mardi sur son 31 #5

Bonjour mes ptits poulpes!

Je vous propose aujourd’hui mon rendez-vous hebdomadaire intitulé « Le mardi sur son 31 ». Proposé par Sophie sur son blog « Les bavardages de Sophie« , le principe de ce rendez-vous est très simple : chaque mardi, l’on publie un extrait de la page 31 de sa lecture en cours…

Voici mon extrait de cette semaine, tiré de Mérovingiens de Patrick McSpare.

Wyso demeura un instant figé de surprise. Guénolé, ravie à sa maison, à son époux… Il ne s’attendait pas à une telle déclaration. Il parvint à contenir sa colère, souhaitant en apprendre davantage avant d’attaquer.
– Comment l’as-tu attirée au-dehors? crache-t-il. Et pourquoi t’en es-tu pris à elle?
– Me suis-je désigné comme responsable? Sache seulement qu’elle porte la vie en son ventre. Si tu refuses de me servir, elle périra. Si tu acceptes, elle ne sera ni bafouée ni battue. Lorsque tu ne me seras plus utile, elle te reviendra sauve, dans quelques années. Et même si tu la juges alors trop vieille, il te restera l’enfant.
« Elle porte la vie en son ventre… Dans quelques années… »
Guénolé était enceinte et ce maléfique étranger projetait de saccager trois existences. Tragiquement loin de la joie qu’aurait dû lui procurer l’annonce de sa future paternité, Wyso réfléchit à toute vitesse, songeant à de multiples hypothèses. Mais aucune ne lui permit de résoudre le mystère de cet odieux chantage.

Mérovingiens, de Patrick McSpare

Mardi sur son 31

Mardi sur son 31 #4

 

Mardi sur son 31 #4

Bonjour mes ptits poulpes!

Je vous propose aujourd’hui mon rendez-vous hebdomadaire intitulé « Le mardi sur son 31 ». Proposé par Sophie sur son blog « Les bavardages de Sophie« , le principe de ce rendez-vous est très simple : chaque mardi, l’on publie un extrait de la page 31 de sa lecture en cours…

Voici mon extrait de cette semaine, tiré de Le coeur et le sabre d’Olivier Gay.

Lire la suite « Mardi sur son 31 #4 »

Mardi sur son 31

Mardi sur son 31 #3

Mardi sur son 31 #3

Bonjour mes ptits poulpes!

Je vous propose aujourd'hui un nouveau rendez-vous hebdomadaire intitulé "Le mardi sur son 31". Proposé par Sophie sur son blog "Les bavardages de Sophie", le principe de ce rendez-vous est très simple : chaque mardi, l'on publie un extrait de la page 31 de sa lecture en cours…

Voici mon extrait de cette semaine, tiré de La geste du sixième royaume d'Adrien Thomas

– Dépêche-toi de plier cette bâche, ahuri! Nous devons être partis avant l'aube! Mankas! Fais rentrer les bêtes dans les cages! Et plus vite que ça, avant que la milice ne débarque!
Le petit homme au teint rouge s'essuya le front avec son mouchoir crasseux, épuisé, et se tourna vers son interlocuteur, afin de reprendre la discussion qu'il avait interrompue pour lancer quelques ordres secs à sa troupe.
– Erios et Vall ne sont pas encore rentrés, mais tous les autres ont fait chou blanc, maugréa le petit homme en baissant les yeux. Je crois qu'il va falloir dire adieu au clou de notre spectacle… Ce n'est vraiment pas de chance.
– Non, c'est certain, grinça le grand homme sec d'une voix glaciale. Si j'avais su que vos hommes étaient de si parfaits incapables, je n'aurais pas placé ma confiance en vous… Peut-être que j'aurais mieux fait d'avertir la milice, comme tout bon citoyen…
– Allons, mon cher, vous ne pensez pas ce que vous dites! s'écria le petit homme. Notre cirque n'avait jamais connu de tel drame auparavant, il n'était pas nécessaire de déranger la milice avec… tout ça. Nous avons fait de notre mieux, mais cette bête est maligne…
– De votre mieux? releva l'homme, ironique. C'est bien cela qui m'agace. Je vous ai livré cette bête immonde sur un plateau d'argent, et vous l'avez laissée s'enfuir! Il va falloir que je m'en occupe moi-même, à présent.
– C'est… c'est tout à votre honneur, messire, souffla le directeur du cirque. Vraiment… prendre de votre temps pour traquer cette bête sauvage, c'est…
– Silence. Votre incompétence me fatigue. Peut-être est-il temps que je vous exprime mon… mécontentement.

La geste du sixième royaume, d'Adrien Thomas

Voili voilà, c'est tout pour le moment, il faudra attendre la chronique du roman afin d'en avoir un peu plus à se mettre sous la dent!

À très bientôt, dans ce cas…

Votre dévouée,

Acherontia.

Mardi sur son 31

Le mardi sur son 31 #2

Le mardi sur son 31 #2

Bonjour mes ptits poulpes!

Je vous propose aujourd'hui un nouveau rendez-vous hebdomadaire intitulé "Le mardi sur son 31". Proposé par Sophie sur son blog "Les bavardages de Sophie", le principe de ce rendez-vous est très simple : chaque mardi, l'on publie un extrait de la page 31 de sa lecture en cours…

Voici mes deux extraits de cette semaine (puisque deux lectures en même temps), choisis parmi les lignes de Sorcières associées d'Alex Evans (pour le premier), et de Les nécrophiles anonymes. T2, L'étrange cas du docteur Ravna et de monsieur Gray, de Cécile Duquenne.

Le mardi sur son 31 #2

– Alors que veux-tu qu'on fasse?
– Effectuer une petite enquête, établir qu'il n'y a aucune malédiction et conclure notre rapport par une référence aux problèmes métaphysiques dont il ne tiendra pas compte. En échange de quoi, on recevra mille aspres supplémentaires.
Je soupirai. On avait déjà eu ce genre de discussion des dizaines de fois.
– Non seulement ce travail ne vaut pas autant d'argent, mais je n'aime pas me mêler d'affaires de zombies.
– On ne s'occupe pas d'eux, mais d'incidents liés aux machines.
– Tu joues sur les mots.
– Pas du tout. Ce sont les faits.
– Ton avidité finira par nous attirer des ennuis, grommelai-je. Tu sais bien que les travaux frisant la nécromancie attirent des dettes mystiques…
– C'est une question de définition. De plus, en aidant Stanford à résoudre ses problèmes, tu l'aides à prospérer et répandre l'usage industriel des zombies, ce qui est irrespectueux pour les morts et prive de travail les vivants.

Sorcières associées, d'Alex Evans

Le mardi sur son 31 #2

– Oh. No, no, no! Nous ne sommes pas un couple. Nous sommes, hmm… partners in crime.
– Julia s'occupe de parler, Man-Gil de frapper, précisai-je même si l'envie d'abonder dans le sens de Népomucène me chatouillait l'esprit : ils partageaient une forme d'amour platonique, pareil à celui qui me liait à Népomucène, mais n'osaient pas se l'avouer.
Ils n'avaient pas eu de maître, mais ils s'étaient trouvés très tôt dans leur après vie, l'un et l'autre. D'ailleurs je ne les avais jamais vus l'un sans l'autre.
– Les duos vampiriques ne sont pas rares ; l'après vie est tellement solitaire, soupira Julia. Pierre et Jean aussi se sont construits ensemble, cela crée un lien plus fort que l'amour.

Les nécrophiles anonymes. T2, de Cécile Duquenne

Voili voilà, c'est tout pour le moment, il faudra attendre les chroniques de ces deux romans afin d'en avoir un peu plus à se mettre sous la dent!

À très bientôt, dans ce cas…

Votre dévouée,

Acherontia.

Mardi sur son 31

Le mardi sur son 31 #1

Le mardi sur son 31 #1

Bonjour mes ptits poulpes!

Je vous propose aujourd'hui un nouveau rendez-vous hebdomadaire intitulé "Le mardi sur son 31". Proposé par Sophie sur son blog "Les bavardages de Sophie", le principe de ce rendez-vous est très simple : chaque mardi, l'on publie un extrait de la page 31 de sa lecture en cours…

Voici mes deux extraits de cette semaine (puisque deux lectures en même temps), choisis parmi les lignes de Ce dont rêvent les ombres de Hilda Alonso (pour le premier), et de Les nécrophiles anonymes. T1, Quadruple assassinat dans la rue de la morgue, de Cécile Duquenne.

Le mardi sur son 31 #1

"Nourrice, je te condamne à la peine ultime. Toutefois, sache bien que malgré toutes tes précautions, je sais où se cache l'enfant que tu as osé confier à des humains, dégénérée! Que ceci te serve d'exemple : je ne permettrai pas que l'on pervertisse la Féérie!"
Aussitôt, la cage s'ouvrit dans un sursaut de gueule vomissante et le cri de la nourrice se perdit dans une chute vertigineuse. Les ouvrières défirent les liens, lâchèrent les brides : le cheptel d'esclaves se rua vers le corps agonisant. Ils se battirent tant qu'ils purent mais tous, encore une fois, ne mangèrent pas à leur faim.

Ce dont rêvent les ombres, de Hilda Alonso

Le mardi sur son 31 #1

Elle sortit de la salle des opérations pour quitter la Morgue par le Hall et la contre-allée où avait eu lieu le quadruple assassinat. J'estimais avoir été délicat, j'allais pouvoir me préoccuper de moi sans culpabiliser.
Tout tremblant, je me précipitai dans le hall pour prendre l'ascenseur. Si j'étais venu travailler la veille, j'aurais été au nombre des victimes. La seule idée provoquait des picotements d'urgence sur ma peau, comme de l'urticaire qui se déclarerait d'un seul coup. J'en chancelai, pris de vertige : celui de vivre, ou de mourir? Les deux sensations se débattaient en moi. J'avais l'impression de vivre et de mourir à chacune de mes respirations, conscient d'avoir été au bord du gouffre sans m'en apercevoir, la nuit dernière, à l'heure du crime.
J'aurais pu en être. J'aurais pu mourir. Et je n'aurais pas rejoint les rangs des immortels.

Les nécrophiles anonymes. T1, Quadruple assassinat dans la rue de la morgue, de Cécile Duquenne

Voili voilà, c'est tout pour le moment, il faudra attendre les chroniques de ces deux romans afin d'en avoir un peu plus à se mettre sous la dent!

À très bientôt, dans ce cas…

Votre dévouée,

Acherontia.